Mairie de Targu Mures
placeTrandafirilor, angle des rues Primariei et George Enescu
Targu Mures
1907-1910

Architectes
Marcell KOMOR
Deszo JAKAB

A l'origine Mairie de la Ville, il est devenu le siège de la préfecture du département de Mures.

L'édifice initial conçu pour la mairie de la ville est un projet de grandes proportions effectué en partenariat par les architectes Komor et Jakab - créateurs très actifs dont l’oeuvre marque sans doute le développement contemporain de certaines villes comme Oradea, Targu Mures et il est essentiel pour l'expression et l'achèvement du vocabulaire stylistique Sécession de Transylvanie. Traité comme un volume autonome, de vastes dimensions, le programme du palais communal est interprété dans ce contexte par une composition symétrique sur deux axes, développée sur le plan horizontal et mise en évidence par les ouvertures de «piano nobile» et l'intervention chromatique. L'idée de grande solidité structurelle est exprimée d'une manière franche sur les façades.

Un campanile de 60 mètres de haut à tourets, dans le registre inférieur, insérée dans le coin sud-est de l'édifice ouvre la place vers le palais de la culture qui allait être réalisé quelques années plus tard par les mêmes architectes.

L'expression de la façade recourt à une répartition régulière des fenêtres, en accentuant l'élément axial décroché par une ouverture très ample et par une ligne d'avant-toit animée par un traitement géométrique des lucarnes. L'ornementation sobre à l'extérieur, avec des présences bien maîtrisée de céramique polychrome, de stuc à motifs folkloriques, dominé par le motif géométrique et de la chromatique vive de la couverture, sont compensée par un intérieur extrêmement chargé, de style renouveau historiciste (coupoles à des nervures qui se terminent par des rosettes, balustrades sinueuses, placages de marbre, panneaux dorés et le fer forgé des candélabres, panneaux de verre peint associé à la technique du vitrail), mais aussi faisant des références multiples, parfois extravagantes aux exemples exotiques et au folklore ou à la tradition de la culture magyare.

Matériaux : Brique, céramique émaillée, sous-sol de maçonnerie massive, décorations "in stuc", fer forgé, matériaux nobles à l'intérieur.

Techniques : Murs porteurs, charpente en bois, couverture de tuile émaillée

Influences : Par la volumétrie générale, l'édifice renvoie aux images des palais communaux du Moyen Age et de la Renaissance, mais aussi au courant historiciste revitalisant, surtout de l'Europe du Nord, préféré pour l'architecture des édifices publics.

Contexte urbain : Le square monumental flanqué par les principaux édifices de l'administration et la culture de la ville qui ferme à l'extrémité nord un mail planté pour la promenade et décoré de statues commémoratives.

Classé monument d’architecture

Artistes: Barabas Gergely (sculpture en pierre), Szolnay Vilmos (céramique) , Thorocznay Wiegand Edo et Atelier Vigh Istvan (mobilier)