Immeuble usine Can Descals
rue Bisbe Vilanova, 3-5 bis
Olot
1917

Architecte
Joan ROCA i PINET

Ensemble formé par les bureaux et l'habitation du propriétaire, d'une part, et un garage de l'autre, d'un ancien complexe industriel situé dans l'expansion de la ville. Ces corps s'alignent à partir de la façade sur la rue. Les bâtiments industriels n'ont pas été conservés et à sa place se dressent des immeubles situés à l'intérieur du pâté de maisons. L'ensemble, quoique du même architecte, répond à deux phases de construction différentes qui se manifestent dans les différences stylistiques. D' un côté, nous avons un double édifice formé par les bureaux et l'habitation, unis par un passage élevé et en retrait de la ligne de façade - similaire à la Farinière Teixidor de Rafael Masó-, qui permet d'accéder à l'intérieur du pâté de maisons. Cet ensemble de rez-de-chaussée et deux étages, présente des volumes clairement différenciés et dans un langage noucentista avec des influences de l'architecture européenne et du baroque populaire, où se détachent les balustrades travaillées et les grilles en fer, les parements en pierre du rez-de-chaussée et la couverture aux tuiles vernissées. Plus intéressant est le petit pavillon destiné à un usage de garage, beaucoup plus proche d'un Modernisme à influence sezessionniste. De forme approximativement carrée, il a une couverture en toile vernissée, en forme de croix, avec des larges saillies qui suivent l'inclinaison des pentes de la couverture et sont supportées moyennant des consoles en bois. Avec ces saillies et consoles où se forme une sorte de frise de couronnement de l'édifice. Le reste du volume, laissant à part le soubassement en pierre gris, est divisé en deux parties clairement différenciées par les différents matériaux de recouvrement: céramique vernissée jaune avec différents types de pièces, de textures et tons, dans la partie inférieure, délimitée par une moulure saillante en céramique jaune aussi; et un revêtement strié qui forme d'étroites bandes verticales, blanches, dans la partie supérieure. On établit un rapport chromatique entre ces deux parties moyennant les cadres en céramique vernissée jaune des fenêtres de la partie supérieure et inférieure de la saillie, du même matériau. Les deux parties ne sont pas séparées par une ligne horizontale droite mais par une ligne brisée qui monte et descend en fonction de la composition de la façade et des ouvertures. Il faut mentionner aussi les grilles et les balustrades en fer, les portes et quelque relief décoratif en céramique vernissée jaune.

Bien Culturel d'Intérêt Local