Maison Norat
Rambla Llibertat, 25
Girona
1912

Architecte
Joan ROCA i PINET

Rénovation d'un édifice antérieur, avec commerces au rez-de-chaussée et quatre étages. C'est un des édifices modernistes les plus intéressants de Girona, situé sur la Rambla, la promenade la plus emblématique de la ville et donnant sur la rivière sur sa partie arrière. La façade sur la Rambla, dans un langage influencé par l'oeuvre de Domènech Montaner, est dominée par la grande tribune du premier étage qui forme une unité de composition et ornementale avec le rez-de-chaussée avec la pierre comme matériau dominant. Des soubassements aux reliefs floraux, surgissent quatre colonnes et deux semi- pilastres latéraux, avec des chapiteaux floraux - clairement Domenequiens qui supportent les deux grands arcs d'accès et les trois petits qui se forment dans les interstices, tous aux formes trilobées à influence arabe transmise à travers Domènech Montaner. Au-dessus des colonnes surgissent quatre consoles en pierre aux reliefs végétaux qui semblent supporter la tribune et qui continuent vers le haut avec les soubassements et les petites colonnes qui structurent la tribune et les meneaux du balcon situé au-dessus avec une balustrade en fer très intéressante. Cette tribune en pierre, aux formes ondulantes, présente une riche décoration sculpté ainsi que des vitraux à décoration florale très intéressants. Elle est décorée avec des reliefs floraux aussi bien dans sa partie inférieure que dans les soubassements et les chapiteaux des petites colonnes - semblables à celles du rez-de-chaussée- .Dans la partie supérieure apparaissent des reliefs de bustes féminins et des animaux fantastiques. Les étages supérieurs passent presque inaperçus derrière la tribune, cependant, la façade, très plate, présente des sgraffites floraux du même ton que le reste du soubassement. Le dernier étage avec de longues ouvertures, à la manière de la mansarde traditionnelle et un couronnement ondulant, met le contrepoint au rez-de-chaussée et à la tribune. Il vaut la peine de mentionner aussi la façade sur la rivière que bien qu'elle ne se détache pas du décor comme la façade principale, à une composition des ouvertures à influence sezessionniste très intéressante. Le bâtiment a été rénové en 1995.

Bien Culturel d'Intérêt Local