Le Modernisme dans la  province de Girona

par Anna Albó i Riera, Architecte

Le Modernisme est un courant artistique développé en Catalogne entre la fin du XIXe siècle et commencement du XX siècle, parallèlement à d'autres courants qui se sont développés dans la plupart des pays d'Europe et aussi en Amérique, plus ou moins contemporainement: l'Art Nouveau français et belge, la Sezession autrichienne, le Jugendstil allemand, l'Ecole de Glasgow, l'Ecole de Chicago, le Modernismo en Espagne et dans l'Amérique hispanophone, etc. Ces courants ont tous une série de caractéristiques communes qui permettent de les associer, mais , en même temps, ils présentent des traits particuliers et différentiels.

Le Modernisme embrasse la plupart de formes d'expression artistique: peinture, dessin graphique, sculpture, littérature, joaillerie ...; mais l'architecture et tous ses compléments depuis la sculpture jusqu'au mobilier et tous les aspects de la décoration d'intérieur, forment un bloc qui a eu une grande importance. Cet exposé s'occupe spécialement d'architecture et des techniques et professions qui la complètent.

Barcelona est le centre du Modernisme architectonique. De là le mouvement s'est répandu à toute Catalogne et aussi à Mallorca, València et d'autres points de l'Espagne, souvent à travers des architectes catalans qui ont eu des commandes dans ces endroits ou à travers d'architectes qui avaient étudié à Barcelona.

 En Catalogne, le Modernisme atteint  une grande popularité, ce qui fait qu' à côté des grands architectes et des grandes oeuvres architectoniques, un grand nombre d'architectes et de maîtres bâtisseurs de tout le pays adoptent ce style, quoique mélangé avec d'autres styles ou d'une manière superficielle, comme un "Modernisme de façade", même comme de simples détails décoratifs - c'est le cas du trencadís céramique qui est devenu très populaire. Ainsi, le Modernisme a approfondi dans la société catalane jusqu'à durer longtemps, beaucoup plus au-delà du moment où les architectes d'avant-garde étaient déjà pleinement immergés dans le Noucentisme, le courant qui l'a succédé.

Généralementon accepte que l'Exposition Universelle de Barcelona 1888 - l'évènement qui reflète le dynamisme de la société barcelonaise à ce moment-là et qui représente le travail d'un groupe d'architectes autour du même sujet, la construction de l'enceinte et les pavillons de l'Exposition - est le point de départ du Modernisme. Le restaurant de l'Exposition - actuellement  musée de zoologie - de Lluís Domènech i Montaner, construit entre 1887 et 1888 et plus connu sous le nom de "Castell dels Tres Dragons" ("Château des trois dragons") est devenu l'édifice le plus représentatifs de ce moment.  Mais on ne peut pas oublier qu'Antoni Gaudi avait construit entre 1883 et 1885 la demeure  Vicens - projetée en 1878 - ; il avait construit, aussi, entre 1883 et 1885 le Capricho à Comillas; entre 1884 et 1887, les Pavillons et la grille de la propriété Güell et entre 1886 et 1890, le Palau Güell (le palais Güell)

Il faut dire, aussi, que le Modernisme n'apparaît pas en Catalunyasoudainement, à partir de l'historicisme et l'éclectisme néoclassiques ou néogothiques - ou néoromans, néobyzantins, néomudéjars, ou néoégyptiens – précédents. Mais il y a une série d’architectures prémodernistes dont quelques unes ont été inclues dans des courants comme le style Renaixença ou l'Esthéticisme . Ces architectures vont des positions très proches de l'historicisme ou l'éclectisme mais avec quelques traits qui annoncent déjà le Modernisme, comme l'église "de les Saleses", de Joan Martorell, de 1882-1885, qui peut être considérée d'un éclectisme nettement néogothique, avec quelque composant néomudéjar, mais  incorporant un grand effet chromatique à partir d'une diversité de matériaux apparents avec leur couleur naturelle; jusqu'à des oeuvres considérées presque modernistes, comme l'Arc de Triomphe, de Josep Vilaseca - associé de Domènech i Montaner dans leurs débuts professionnels -, construit en 1888 comme entrée à l'Exposition, où à partir des proportions classiques et quelques éléments ornementaux néomudéjars, se détache, surtout, par l'usage de la brique apparente comme élément principal, combiné avec d'autres matériaux qui mettent en valeur l'effet polychrome et avec une grande richesse décorative.

La maison d'Editions Montaner i Simon - l'actuelle Fondation Antoni Tàpies - que Domènech i Montaner avait construit en 1880 est considérée l'oeuvre initiatrice d'un courant déjà nettement rénovateur, avec l'influence de l'architecture européenne du fer, le verre et la brique apparente, que l'auteur avait connue de première main pendant un voyage en Allemagne, à la fin de ses études.

Ainsi donc, la Demeure Vicens et la maison d'Editions Montaner Simon sont les oeuvres qui signalent le commencement ou le précédent immédiat du Modernisme.

Ce qui a été exposé ci-dessus sert d'exemple à la distance temporelle entre l'évolution vers le Modernisme de différents architectes et comme Gaudi et Domènech sont les initiateurs du mouvement, bien avant la généralisation  du  Modernisme.

Dans le ressurgiment du Modernisme nous trouvons différents facteurs socio-économiques :

_ La création de l'Ecole d'Architecture de Barcelona en 1875 qui deviendra un noyau agglutinant  des architectes catalans, qui, jusqu'à ce moment-là allaient étudier à Madrid. À Catalogne on pouvait obtenir, seulement, le diplôme de maître bâtiseur.

_ Le développement industriel de Catalogne, facteur principal de l'apparition d'une importante bourgeoisie qui trouvera dans le Modernisme le moyen idéal pour exprimer leurs statuts sociaux.

_  Le moment de grande créativité et de développement social vécu à ces moments-là en Catalogne, uni au développement économique et aux inquiétudes culturelles et politiques du catalanisme. Dans le Modernisme catalan il est essentiel - de la même façon qui est arrivé dans  quelques autres pays -, son étroite liaison avec le catalanisme et avec le désir de reconstruction nationale qui se développait à cette époque. Il n'est pas surprenant que les architectes soient, aussi, des historiens de l'architecture, politiciens et qu'ils participent aux mouvements culturels. Domènech i Montaner et Puig i Cadafalch en sont les plus représentatifs. C'est justement le contraire de ce qui se passe en d'autres endroits, comme la France, où l'Art Nouveau est plutôt un mouvement contestataire contre la société établie.

Il y a le désir de trouver une architecture nouvelle, une architecture qui corresponde à l'époque, aux nouveaux matériaux et aux techniques de construction et aux nouveaux besoins sociaux, dépassant  les vieux modèles du passé, historicistes et éclectiques. Cela ne se fera pas contre le passé mais à partir du passé. Il est significatif, dans ce sens, un article de Domènech i Montaner publié dans la revue "La Renaixença" ("La Renaissance"). "À la recherche d'une architecture nationale", similaire à d'autres écrits publiés dans d'autres pays et qui répondaient à des désirs communs.

Il faut mentionner, aussi, l'influence d'Eugène Viollet-le-Duc, de John Ruskin et de Williams Morris et le mouvement des Arts & Crafts avec leur revendication de la structure et les aspects constructifs dans l'architecture, de la récupération des artisanats et du gothique comme un véritable style européen, paradigme de la clarté structurelle et du travail artisanal intégré dans l'architecture - le gothique s'approche de "l'oeuvre de l'art total" que seront les édifices modernistes - En pleine époque de l'industrialisation apparaît le besoin de récupérer la qualité  matérielle et de dessin des artisanats, face à la banalité des objets produits industriellement.

Nous ne pouvons pas oublier l'influence de l'art japonais à partir de l'intensification des contacts de l'Europe avec le Japon, pendant la seconde moitié du XIX siècle, et qui sera un composant important de l'architecture moderniste.

Enfin, il faut rappeler que le modernisme ne peut pas se comprendre sans se rapporter au Romantisme.

Le Modernisme se configure à partir des prémisses apparemment contradictoires: le désir de créer une architecture nouvelle, intégrée dans les courants européens et en même temps de mettre en valeur une architecture nationale; un désir d'utiliser de matériaux et de  techniques nouveaux – fer, verre - et de récupérer, en même temps, le travail artisanal.

D'un autre côté, l'architecture du Modernisme coïncide avec la situation urbanistique et architectonique suivante:

_Le développementde l'urbanisme municipal: la rédaction et le développements de Plans  d'Expansion dans beaucoup de villes qui se développent de manière considérable.

_ Les travaux de construction de services et d'infrastructures et d'embellissement urbain: égouts, éclairage des rues, plantations d'arbres, pavés de rues et de trottoirs.

_  Généralisation du personnage de l'architecte municipal, celui qui élabore, souvent,  les Plans d'Expansion, s'occupe des infrastructures et travaux d'urbanisation et construit la plupart de nouveaux édifices publics ou privés et qui laisse, donc, son empreinte personnelle dans la ville où il travaille. 

_Le développement de typologies d'édifices d'équipements, d'habitations ou industriels, marchés, écoles, casinos, théâtres, magasins, maisons urbaines, maisons de vacances, usines, abattoirs... Beaucoup de ces édifices sont modernistes, probablement nous pouvons parler de différentes formes de modernismes selon la fonctionnalité de l'édifice - et selon la capacité économique du client -.

Dans le Modernisme on distingue différents courants, étapes ou influences. Lluís Domènech i Montaner (1849-1923) et Antoni Gaudi i Cornet (1852-1926) sont les architectes les plus importants du modernisme catalan, chacun dans son style: un modernisme plus "rationaliste" dans le cas de Domènech et plus "expressionniste" dans le cas de Gaudí. Beaucoup d'architectes seront influencés par l’un o l’autre type de Modernisme. Plus tard l'Art Nouveau français et belge deviendra populaire et ses formes décoratives s'ajouteront aux édifices modernistes. Enfin, la Sezession et l'Ecole de Glasgow auront une grande influence sur des architectes un peu plus postérieurs et seront les composant qui mèneront au Noucentisme. Arrivés à ce point, il faut signaler un autre grand architecte moderniste Josep Puig i Cadafalch (1867-1956). Enfin il faut mentionner Josep Maria Jujol i Gibert (1879-1949), avec une grande intuition et imagination dans la manipulation des matériaux et des objets.

Schématiquement, le Modernisme catalan présente les caractéristiques suivantes:

_Importance de la couleur, qu'on obtient avec des stucs et sgraffites, revêtements céramiques et aux matériaux apparents.

_Expressivité des matériaux, à partir de leur couleur naturelle et leur texture et des contrastes entre des matériaux différents: pierre, brique, bois, céramique, fer. Expressivité des solutions constructives et des éléments structuraux: architecture en brique ou pierre apparente, avec les détails constructifs soigneusement exécutés et laissés apparents, structures métalliques apparentes, etc.

_Une grande richesse décorative appliquée à n'importe quel élément de l'édifice: sgraffite, céramique, avec des élément modelés et reliefs, revêtements de carreaux en faïence émaillée et de trencadís, métaux, fer forgé, la fonte ou le laiton, entre autres; vitraux; décoration sculpturale en pierre ou en stuc modelé, etc.

_Décoration spécialement florale et végétale.

_Lignes courbes, en coup de fouet et formes courbes.  On trouve cette sorte de courbes depuis le premier moment, ce qui fait penser qu'elles ont leur origine dans l'influence du mouvement des Arts & Crafts qui en utilisait déjà dans le dessin graphique, mobilier, etc.

_Retour à la géométrie  plus marquée dans le cas de l'influence de la Sezession ou de l'Ecole de Glasgow.

_Volonté de création d'oeuvres d'art total: l'architecte ne s'occupe pas seulement "des murs" mais aussi de tous les détails d'architecture d'intérieur, comme balustrades de balcons, poignets de portes, protecteur, pavés, lumières, mobilier - pour cela il travaille en étroite collaboration avec une série d'artisans: sculpteurs, peintres, céramistes, serruriers, forgerons, verriers, etc.

_Asymétrie, mouvement, volumétries complexes.

_Les architectures modernistes sont, surtout des architectures qui provoquent des émotions.

Dans le Modernisme sont importantes les influences mudéjars et arabes, à partir des architectures de ces styles qu'on trouvait dans beaucoup de zones d' Espagne. Même si en Catalogne il y en a très peu, il faut se rappeler qu'en 1875, les architectes étudiaient à Madrid, où l'on s'intéressait beaucoup à cette architecture. Le Modernisme est souvent une reélaboration et une reinterprétation d'éléments décoratifs de styles historiques: mudéjar, gothique et baroque populaire sont, peut-être, les plus utilisés, mais pas les seuls. Il faut mentionner l'influence japonaise sur quelques oeuvres. Dans le Modernisme il faut tenir en compte, aussi, l'organisation de l'espace et du volume, ce n'est pas seulement un mouvement de décoration. Dans ces cas on fait appel aux influences byzantines ou arabes. Quelques-unes des caractéristiques antérieures sont partagées avec d'autres mouvements européens autour de l’art nouvau, d'autres pas autant.

Néanmoins le Modernisme n'est pas le seul style de son époque, il cohabite avec des réminiscences des historismes et éclectismes.Nous trouvons, souvent, des édifices éclectiques avec des éléments modernistes. Plus souvent, encore, se produit une fusion entre le néogothique et le modernisme.

Le  Modernisme est une architecture d'individualités, souvent pour des clients privés avec une grande capacité économique, souvent avec une grande profusion chromatique et décorative.  Vers 1906 a surgi un mouvement intellectuel et artistique qui défend un retour à l'équilibre et à la mesure, le Noucentisme, lié à d'autres mouvements qui se produiront dans d'autres pays de l'Europe, comme le retour à l'ordre français. C'est un mouvement très proche du catalanisme politique et préoccupé par l'organisation institutionnelle et d'une structure de pays. La génération "noucentiste" pourra travailler pour atteindre ces objectifs au moment de l'obtention du pouvoir de la Diputació de Barcelona  en 1907 et la Mancomunitat de Catalunya, à partir de 1914 (Il faut tenir en compte que l'Espagne n' a pas participé à la première guerre mondiale, tout au contraire, avec cette guerre, la Catalogne a vécu un bon moment économique). À partir de 1911-12, le Noucentisme arrive à l'architecture: on retourne à l'esprit et aux formes classiques, à l'équilibre, à l'immobilité, à une architecte plus apte à devenir un "type" et à la formation d'un réseau urbain que les pièces individualistes du modernisme. Cela se remarque, surtout,  avec la création de la Mancomunitat qui commence à construire tout une succession d'édifices publics: écoles, bibliothèques, etc. Beaucoup d'architectes modernistes deviendront entre 1911 et 1917 des architectes noucentistes, de la même manière qu'avant les mêmes architectes avaient été historicistes et éclectiques. Il y a aura une importante réaction antimoderniste. Cependant, le Modernisme a continué au long des années 10 et 20 du XX siècle et même plus loin, soit parce que beaucoup d'architectes n'abandonnent pas ce langage qui est le leur, soit parce qu'il est devenu un style profondément enraciné. Ce dernier Modernisme est, souvent, plein d'influences de la Sezession et de l'Ecole de Glasgow et il intègre, aussi, des éléments du baroque catalan populaire, suivant Puig i Cadafalch. En tout cas, il faut dire, aussi, que le Noucentisme a différentes tendances et il boit dans des sources différentes et que le Noucentisme appelé de première génération est un courant qui évolue à partir de ce Modernisme sezessioniste  influencé par le baroque populaire et l'architecture traditionnelle. L'architecte de Girona Rafael Masó i Valentí (1880-1935) en est précisément un exemple. A partir des influences Gaudiniennes, de la Sezession et de l'école de Glasgow   il développe un langage particulier et il arrive à une synthèse très personnelle qui le conduit à l'élaboration de ce premier Noucentisme. Parfois il s'approche même d'un rationalisme, mais il ne perd jamais le goût pour la décoration et le détail, la couleur, le traitement soigneux des matériaux, la mise en valeur de son expressivité, le dessin de tous les éléments de ses édifices et l'utilisation de techniques comme le vitrail, la céramique ou le forgé.

À côté des grands architectes modernistes il y en a beaucoup d'autres. Le Modernisme ne se limite pas seulement à Barcelona comme on a déjà dit, mais nous le trouvons par toute la Catalogne: Reus, Terrassa, Sant Just Dervern, Canet de Mar o La Garriga en sont des exemples assez connus. Mais en général le Modernisme n'est pas très étudié et il est peu connu en dehors de Barcelona ou des oeuvres des grands personnages situées dans d'autres villes. Le livre "Guia de arquitectura modernista en Catalunya (Guide de l'architecture moderniste en Catalogne)  (Raquel Lacuesta et Antoni Gonzalez, Editions Gustavo Gili S.A. Barcelona 1990) et l'étude inédit Inventari General del Modernisme (Inventaire Général du Modernisme) (Valentí Pons Toujousse, Reail Càtedra Gaudí , Barcelona 2001), ainsi que quelques monographies sur certains architectes - mais qui sont peu connues hors de leur milieu - ont commencé à  traiter le sujet.

En ce qui concerne la région de Girona, le Modernisme qu'on y trouve est très peu connu. De  sorte que ce travail veut être une contribution à la diffusion du Modernisme de Girona. En premier lieu, on a voulu remarquer spécialement le personnage de Rafael Masó, qui n'a pas eu encore la reconnaissance qu'il mérite.. Il faut mentionner, cependant, la monographie Rafael Masó. Arquitecte noucentista (Rafael Masó. Architecte noucentiste)   (Joan Tarrús, Narcís Comadira, Col.legi d'Arquitectes de Catalunya - Lunwerg Editions S.A. Barcelona 1996). On veut profiter ce travail pour le faire connaître à niveau européen. En deuxième lieu, on recueille les rares exemples d'oeuvres d'architectes reconnus travaillant à Barcelona. L'oeuvre la plus importante de ce groupe est la rénovation d'une maison réalisée par Lluís Domènech i Montaner. Il faut mentionner, aussi, les oeuvres de Joan Rubió i Bellver, collaborateur de Gaudí. Et ensuite quelques oeuvres de Bonaventura Conill, Josep Goday ou Josep Maria Pericas. En troisième lieu, nous trouvons une succession d'architectes liés à une ou à plusieurs villes de la province de Girona, beaucoup d'entre eux ont été l`'architecte municipal de ces villes et malgré ne pas être de premières figures - les clients n'étaient pas, non plus, la haute bourgeoisie de Barcelona mais la bourgeoisie locale ou de petites mairies - ont construit une oeuvre suffisamment intéressante méritant d'être connue. C'est le cas de Josep Azemar, Isidre Bosch, Enric Catà, General Guitart, Alfred Paluzie, Joan Roca i Pinet et Llorenç Ros i Costa.

On a fait en sorte de sélectionner des oeuvres architectoniques des villes principales de la province de Girona.D'abord, de la ville de Girona, capitale de la province du même nom, où se trouve la plupart de l'oeuvre de l'architecte Rafael Masó. Puis, on a choisi des villes comme Figueres, Cadaqués et Roses, dans la région de l'Alt Empordà, Olot à la Garrotxa, Sant Feliu de Guíxols et Palafrugell, au Baix Empordà, Santa Coloma de Farners, Caldes de Malavella et Lloret de Mar à la Selva, Ripoll et Camprodon au Ripollès et Cassà de la Selva et Sarrrià de Ter au Gironès. Il s'agit de villes petites ou moyennes, capitales de région, centres industriels, villes du bord de la mer, centres de vacances ou villes balnéaires.

On a voulu choisir, aussi, un échantillon des typologies les plus caractéristiques de l'époque: résidentielles, industrielles, magasins, équipements socio-culturels, écoles, etc. Ici, il faut, aussi, prendre en compte que le décor urbain n'est pas Barcelona mais des villes beaucoup plus petites.

Nous trouvons différentes variantes du Modernisme, avec l'influence de Domènech i Montaner, de Gaudí, de la Sezession et l'Ecole de Glasgow ou de l'Art Nouveau. Ce dernier caractérise spécialement les vitrines des magasins. Un élément très caractéristique du Modernisme sont les balustrades de balcon en fer forgé, qui prennent, souvent, des formes compliquées et des lignes courbes inspirées ou pas dans le coup de fouet et avec une importante décoration florale. Il faut signaler, aussi, que les oeuvres d'architecture industrielle forment, généralement, un groupe spécifique, avec une décoration beaucoup plus sobre, basée sur l'expressivité des matériaux - brique apparente, parements crépis, tuile vernissée - avec quelques éléments décoratifs en brique ou en céramique vernissée.

Pour terminer cette présentation brève et schématique du Modernisme catalan et de ce que vous trouverez dans ce cd-rom, il vaut la peine d'expliquer que pendant la réalisation du travail on a pu constater comme, en plus du livre édité récemment El Modernisme (Le Modernisme) (Maria Pilar Soler Gordils, Diputació de Girona, Quaderns de la Revista de Girona nº 93, Girona 2001) il y a plusieurs mairies qui se préoccupent de la diffusion du patrimoine moderniste de leur ville et en collaboration avec les musées et les archives ils font des études et  publient des guides d'architecture. Avec tout cela, nous espérons que dans quelques années, Rafael Masó et le modernisme de Girona seront beaucoup plus connus par les habitants de Girona et par toutes les personnes qui nous visitent.

Anna Albó i Riera, Architecte